Le bâton de Plutarque - Ce que nous savons


Scénario : Yves SENTE
Dessin : André JUILLARD

Avatar de l’utilisateur

Modérateur
Modérateur

Messages: 2498

Inscription: Jeu 5 Aoû 2010 12:10

Message Mar 3 Juin 2014 20:28

Re: Le bâton de Plutarque - Ce que nous savons

Pour le fun, voici un très bel aviateur british dans son zouli uniform, près à partir prendre le volant de son Spit (non, non,ce n'est pas notre Franciscounet zouli tout plein lui aussi... :lol: )
23dchz.jpg
23iax3.jpg

Finalement Juju ne s'est pas si tant trompé que ça...

Et, pour les zamateurs de belles voitures, une Packard comme celle que Mr Smith il a dit que c'était la bonne que les Zoteurs y zavaient dessinée, dans son jus d'époque, devant une demeure londonienne, pitet bien que c'est même devant le 99-98-97-96-98-94bis... :lol:
Packard Sedan 1937.jpg
Avatar de l’utilisateur

Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR

Messages: 439

Inscription: Mar 10 Aoû 2010 23:28

Localisation: Finisterae

Message Mer 4 Juin 2014 18:07

Re: Le bâton de Plutarque - Ce que nous savons

Kronos a écrit:Et, pour les zamateurs de belles voitures, une Packard comme celle que Mr Smith il a dit que c'était la bonne que les Zoteurs y zavaient dessinée, dans son jus d'époque, devant une demeure londonienne, pitet bien que c'est même devant le 99-98-97-96-98-94bis... :lol:
Packard Sedan 1937.jpg


Kronos, avant de poster ta photo de PACKARD, tu aurais du relire mon post attentivement car ce n'est pas exactement le modèle que j'ai identifié :
tu montres un "Club Sedan" alors qu'il s'agit plutôt d'un "Formal Sedan", reconnaissable notamment par son toit imitation capote au dessin particulier ;) :

Image
NB : HUDSON ayant fait valoir ses droits à la retraite, c'est Mr Smith, l'animateur du blog Hangar N°7 consacré à E.P. Jacobs qui s'exprime désormais à sa place...

Image
http://hangar7.canalblog.com/

http://steedsecrets.canalblog.com/
Avatar de l’utilisateur

Modérateur
Modérateur

Messages: 2498

Inscription: Jeu 5 Aoû 2010 12:10

Message Jeu 5 Juin 2014 20:28

Re: Le bâton de Plutarque - Ce que nous savons

Tu as raison, bougredidiou, je n'avais pas fait attention aux nervures sur la "capote"
Shame on me !!!
Mais je la trouvais si belle (en ce miroir...) dans sa livrée, sous le crachin londonien, devant une belle demeure anglaise...
Juju fait vraiment dans le modèle "extra" !! Car il devait forcément y avoir des tonnes de Packard de ce type en Angleterre en 1944 !
Avatar de l’utilisateur

Mécanicien sur le SX1
Mécanicien sur le SX1

Messages: 34

Inscription: Dim 8 Sep 2013 13:15

Message Sam 14 Juin 2014 12:21

Re: Le bâton de Plutarque - Ce que nous savons

Image
Avatar de l’utilisateur

Modérateur
Modérateur

Messages: 5095

Inscription: Lun 30 Aoû 2010 08:37

Message Sam 14 Juin 2014 17:45

Re: Le bâton de Plutarque - Ce que nous savons

Merci pour cette planche en couleurs , Tournesol :p
Couleurs un peu étranges , au passage ....
Curieuse également la réaction du Major . Pourquoi arrêter la voiture ? Pense-t-il un seconde que c'est lui la cible ? Dans ce cas , pourquoi est -il resté à coté de la voiture ?
Well then, Legitimate Edgar, I must have your land.
Avatar de l’utilisateur

Modérateur
Modérateur

Messages: 2148

Inscription: Lun 9 Aoû 2010 02:03

Localisation: Paris

Message Lun 16 Juin 2014 01:43

Re: Le bâton de Plutarque - Ce que nous savons

archibald a écrit:Curieuse également la réaction du Major . Pourquoi arrêter la voiture ? Pense-t-il un seconde que c'est lui la cible ? Dans ce cas , pourquoi est -il resté à coté de la voiture ?

Pour moi c'est une réaction naturelle qui permet de mieux pouvoir suivre la scène.
Cynik, diabolik et machiavélik, mais surtout, anthologik...
Avatar de l’utilisateur

Modérateur
Modérateur

Messages: 2498

Inscription: Jeu 5 Aoû 2010 12:10

Message Lun 16 Juin 2014 21:17

Re: Le bâton de Plutarque - Ce que nous savons

archibald a écrit:Merci pour cette planche en couleurs , Tournesol :p
Couleurs un peu étranges , au passage ....

Pourquoi, étranges ? Au contraire, tout à fait dans le ton de cette histoire abracadabrante... insipides et sans saveur !
De la couleur faite à l'ordinateur, sans une once de créativité ou d'artistisque
Avatar de l’utilisateur

Modérateur
Modérateur

Messages: 2148

Inscription: Lun 9 Aoû 2010 02:03

Localisation: Paris

Message Lun 16 Juin 2014 23:36

Re: Le bâton de Plutarque - Ce que nous savons

On est loin de Jacobs bien entendu, mais je les trouve pas si mal ces couleurs moi. (J'ai peut-être mauvais goût, c'est possible :) )
Cynik, diabolik et machiavélik, mais surtout, anthologik...

jyb

Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR

Messages: 335

Inscription: Dim 5 Sep 2010 07:14

Message Mar 17 Juin 2014 20:10

Re: Le bâton de Plutarque - Ce que nous savons

Erca a écrit:
archibald a écrit:Curieuse également la réaction du Major . Pourquoi arrêter la voiture ? Pense-t-il un seconde que c'est lui la cible ? Dans ce cas , pourquoi est -il resté à coté de la voiture ?

Pour moi c'est une réaction naturelle qui permet de mieux pouvoir suivre la scène.

Une réaction naturelle...? pour mieux voir la scène ?
Voici une réaction naturelle :
Image
Quand ça se bagarre dans les airs, quand on est sur un pont en 1944, on se planque ! (photo figurant dans ma documentation - déjà scannée, je n'ai eu que 3 secondes pour la ressortir - et prise à Anvers, en 1944, sur un pont ; dans la BD : Londres - pas très loin d'Anvers - en 1944 aussi, sur un pont aussi). Et on se planque, au mieux, dans des abris disposés un peu partout dans la ville, parce que, en plus, les sirènes de l'alerte aérienne ont sonné suffisamment pour que tout le monde sache qu'il faut s'y précipiter.
Avatar de l’utilisateur

Modérateur
Modérateur

Messages: 2148

Inscription: Lun 9 Aoû 2010 02:03

Localisation: Paris

Message Mar 17 Juin 2014 22:56

Re: Le bâton de Plutarque - Ce que nous savons

En effet, au temps pour moi... Comme quoi, Sente et moi on ferait long feu si une guerre se déclenchait demain :lol:
Cynik, diabolik et machiavélik, mais surtout, anthologik...
Avatar de l’utilisateur

Modérateur
Modérateur

Messages: 5095

Inscription: Lun 30 Aoû 2010 08:37

Message Mer 18 Juin 2014 07:38

Re: Le bâton de Plutarque - Ce que nous savons

C'est vrai que le silence des sirènes est assourdissant .
Merci Jyb pour cette photo très explicite.
Je ne vois q'une excuse à la réaction inexplicable et irresponsable du Major Benson ( qui a quand même provoqué la mort d'un agent secret sur lequel on comptait beaucoup ) . Il travaille pour l'ennemi . :MJ:
Edit : Je viens de lire le strip 52...Reste à savoir lequel AH ou BD ? :o
Well then, Legitimate Edgar, I must have your land.
Avatar de l’utilisateur

Administrateur du site
Administrateur du site

Messages: 6104

Inscription: Mer 4 Aoû 2010 22:18

Localisation: Paris

Message Mer 18 Juin 2014 07:48

Re: Le bâton de Plutarque - Ce que nous savons

Voyons mes amis, c'est le flegme Britannique dans toute sa splendeur!
Image

Pour me joindre taper : fred.centaurclub(a)gmail.com.
centaur club sur facebook
twitter
Avatar de l’utilisateur

Modérateur
Modérateur

Messages: 2498

Inscription: Jeu 5 Aoû 2010 12:10

Message Mer 18 Juin 2014 18:45

Re: Le bâton de Plutarque - Ce que nous savons

freric a écrit:Voyons mes amis, c'est le flegme Britannique dans toute sa splendeur!

Non, Fréric, c'est la bêtise "sentienne" à l'état pur
On dirait vraiment qu'il n'a AUCUNE idée de ce que c'est que des combats !!!
L'enverrais au gnouf, moi, ce gougnafier !
Non seulement, il n'a aucune idée de ce qu'il raconte, mais, de plus, il n'a aucune idée de comment ça se passe vraiment
C'est donc ce que d'aucuns, de nos jours, appellent "une histoire réaliste"...???????? Bigre !
Avatar de l’utilisateur

Modérateur
Modérateur

Messages: 2148

Inscription: Lun 9 Aoû 2010 02:03

Localisation: Paris

Message Mer 18 Juin 2014 20:20

Re: Le bâton de Plutarque - Ce que nous savons

Un projet de couverture dévoilé par l'éditeur sur Twitter :

Image
Cynik, diabolik et machiavélik, mais surtout, anthologik...
Avatar de l’utilisateur

Modérateur
Modérateur

Messages: 2498

Inscription: Jeu 5 Aoû 2010 12:10

Message Jeu 19 Juin 2014 18:15

Re: Le bâton de Plutarque - Ce que nous savons

Cela fait un petit moment que j'ai écrit ce qui va suivre, mais, inexplicablement, je retardais le moment de le poster, va savoir pourquoi ?
J'ai même dû le récrire en partie suite à la publication du strip 52 qui est assez fort en son genre !
Bref, je me décide quand même, avant d'embrayer sur le cas de Scaw-Fell que Sente va nous sortir de son chapeau, en méconnaissance de cause...

Parlons un peu de la carrière présumée de Blake…

D’après Jacobs, qui en est tout de même le créateur ( !), et toujours d’après ce qu’il en dit lui-même dans ses Mémoires-Un opéra de papier en ses pages102 et 103, Blake a, en 1946, le grade de colonel.
Ce qui me semblait un a priori essentiel pour être le responsable militaro-scientifique d’un Centre aussi stratégique et important que semblait bien l’être Scaw-Fell.

A la fin de ses études, qu’il a effectuées à Eton, une Public School, il doit avoir dans les 18 ans et nous serions en 1928 (puisque l’on peut présumer qu’il sera né en 1910 pour garder une certaine cohérence avec la suite de sa carrière et ses actes de bravoure racontés par Jacobs, et avec son parallèle Douglas Bader dont je pense que Jacobs s’est fortement inspiré !)…
Mais, contrairement à ses compagnons de classe et de Classe, il ne va pas s’inscrire dans une Université du type Oxford ou Cambridge, n’en déplaire à Mr Sente (Cf. Serment des 5 lords), mais s’orienter directement vers la carrière militaire en incorporant le Staff College (de la Royal Air Force).

Il en sort avec le grade de « captain », dixit Jacobs, soit l’équivalent de « lieutenant » dans la Marine et la RAF ; « captain » étant un grade de l’Army et non de ces deux derniers corps, alors qu’il aurait logiquement dû avoir le grade de « flight lieutenant » puisqu’il venait du « RAF Staff College »… !!!
Jacobs a pris là un parti pris assez surprenant, surtout lorsqu’il poursuit en disant que notre jeune officier pilote effectue la première partie de sa carrière dans la RAF, avant d’être (durant la période 1944/1946 ?!) provisoirement et passagèrement muté dans l’Aéro-navale, sur le porte-avions « Intrepid » (qui n’a jamais existé, et qui prouve bien que, déjà, Jacobs avait « glissé » vers une histoire qu’il situait dans une Histoire virtuelle parallèle pour envisager sa « 3è Guerre mondiale », petit aparté !).

Lorsqu’il sort du « RAF Staff College » au terme de sa formation de 3 ans, le jeune « flight lieutenant » Blake doit donc être âgé de plus ou moins 21 ans, et nous serions donc en 1931.
A partir de ce moment, nous sommes bien d’accord qu’il va servir dans la RAF.

Aussi, qu’elle est notre stupeur de lire les énormités avancées avec un aplomb sans faille par Sente dans ce Serment des 5 lords, et dont je vais à présent m’évertuer à décortiquer la fausseté et l’incohérence, avant d’aller plus loin…

A partir de la planche 45, et pendant dix longues planches absurdes, Sente va s’ingénier à démonter à coup d’affirmations, aussi loufoques qu’invraisemblables, le C.V. de Blake patiemment concocté par Edgar P. Jacobs lui-même.

Donc, au long de ces dix planches insipides et sans saveur, Sente nous affirme tout de go que le jeune Blake s’inscrit finalement à Oxford au lieu de rejoindre le Staff College.
Première incohérence et contre-vérité.

Ensuite, combien durent les études à Oxford ??? Sente ne nous en dit rien, mais affirme une fois de plus que Blake finit par intégrer le Staff College, à Andover !
A ce moment, et compte-tenu de ce que nous savons des cursus et de la délivrance des diplômes « basiques », nous devrions être dans les années 1934… Ce qui correspondrait jusque-là parfaitement avec les assertions de Sente qui pose le Air Vice-Marshal W R Freeman comme dirigeant du Staff College (prise de poste le 12/12/1933), même si cela vient quelque peu contredire ce qu’écrit Jacobs dans ses « Mémoires ».
Si nous rajoutons les trois ans nécessités par la formation des pilotes, nous en arrivons donc à 1937 !!!

Là intervient une première bourde d’importance de la part de Sente.
A sa remise de diplôme (en uniforme brun de « captain » de l’Army en lieu et place de l’uniforme de drap bleu d’un « flight lieutenant » de la RAF…) en1937, Blake se voit approché par le soi-disant fondateur du Secret Service, le capitaine Vernon Kell, qui ne fut que l’assistant, ou l’adjoint du capitaine de vaisseau sir Mansfield Smith-Cumming, honneur au plus gradé !
Entré donc au MI5 de par la volonté de Sente, Blake va subir la formation propre à tout agent. Combien durera cette formation, nul ne le sait, surtout pas Sente !
Et pourtant, par un beau matin du 13 mai 1935, Blake participe à la « mise à mort » de T.E. Lawrence, à l’aide d’un lance-pierres depuis une voiture…

Passée cette « grossièreté », on pourrait évidemment se poser la question basique : comment Blake pourrait-il être en formation déjà bien avancée au MI5 en mai 1935, alors qu’il n’aurait pu quitter le Staff College, au mieux, qu’en 1936 ?!

Cela continue par le rocambolesque « cambriolage » du MI5, du bureau et du coffre-fort personnel de son patron par le jeune Blake !!!
De là à dire que l’on entrait au MI5 comme dans un moulin et que Blake avait déjà l’étoffe d’un redoutable « monte-en-l’air », il n’y a qu’un pas ! Quelle sécurité pour un service dit « d’Intelligence » !!!

Bref, pour en revenir à nos moutons, Blake, toujours d’après Sente dans le Serment, faisait dès lors partie du Security Service depuis « 1935 ». Soit.
Ce qui est déjà en contradiction formelle et totale d’avec le C.V. établi par Jacobs lui-même, rappelons-le.
Mais ce n’est pas tout, loin de là. Car Sente va s’enferrer dans ses errements, incohérences, extravagances et autres navrantes âneries dès le début de l’histoire suivante ; à savoir le Bâton de Plutarque.

En effet, et pour revenir comme par magie au C.V. initial et original de Jacobs qui est suffisamment précis, nous retrouvons le capitaine Blake, « squadron leader » (« capitaine » ou « squadron leader ? Il faudrait savoir ?!) d’une ‘flottille’ de « Seafire » à bord du porte-avions « The Intrepid » (notons qu’au passage, que ce porte-avions imaginé de toutes pièces par Jacobs, a pris une particule !) ET pilote d’essai d’un tout nouveau bombardier à réaction, le « Golden Rocket », amené comme par miracle sur cet « Intrepid »…
Rien qu’avec tout ça, nous avons déjà une indigestion de contre-vérités, mais ce n’est pas tout.
Mais, surtout, Sente a évidemment occulté au passage une donnée d’importance, essentielle même : la formation d’un pilote de chasseur (ou de chasseur-bombardier) n’est pas du tout la même ni n’a la même densité que celle d’un pilote de bombardier, lourd qui plus est. Premier point sur lequel Sente glisse sans se dégonfler !
Deuzio, avant d’être « intronisé » pilote d’essai, surtout sur un prototype de bombardier lourd, il faudrait pouvoir justifier d’une « assez » longue pratique et d’un, nombre conséquent d’heures de vol sur le même type d’appareil ?!

Or, d’après Sente dans le Serment, Blake serait au MI5 depuis sa sortie du Staff College ???
Quand donc aurait-il pu acquérir toute l’expérience requise pour être qualifié en tant que pilote d’essai ?...

J’aimerais donc beaucoup que Sente nous explique aussi comment, en ayant laissé le jeune « capitaine »/« flight lieutenant » Blake, entré au MI5 en « 1935 » en tant qu’apprenti-espion, nous pouvons décemment retrouver le même Blake neuf ans plus tard (nous sommes au printemps 1944 !), « squadron leader », chef d’escadron à bord d’un porte-avions ET pilote d’essai ??????
Et puis, comme par hasard, dans le strip 52, Sente, décidément très en verve, nous indique subrepticement, en 3 petites cases (alors qu’il aura lui aura tout de même fallu presque dix planches pour nous narrer l’inénarrable aventure du jeune apprenti-agent-espion Blake), par quel tour de passe-passe, il est finalement revenu de ses errances passées pour raccrocher les wagons et nous montrer un Blake tel qu’il était et tel qu’il n’aurait jamais dû cesser de l’être…
Tout cela pour essayer, vainement, de se « raccrocher aux branches » (excusez l’expression pourtant parfaitement adaptée aux circonstances) ou, pour parler plus prosaïquement, tenter de rentrer dans les pas de Jacobs et du C.V. qu’il avait élaboré pour Blake, même a posteriori, qui précisait donc que Blake avait finalement rejoint les forces aéro-navales et « l’Intrepid » en tant que « squadron leader ».

Enfin, après des péripéties dignes d’un mélo de gare, et gratuitement présentées, bien que totalement absurdes, loufoques tout autant qu’invraisemblables, Sente nous fait le coup de l’embrigadement forcé et brutal de Blake par les équipes de décryptage de Bletchley Park (QG installé à Baker Street !!!) !
Tout cela, pour nous amener à la partie du C.V. de Jacobs ci-après, et en nous présentant d’emblée SA 3ème Guerre mondiale, alors que la précédente n’est même pas encore termlinée…
En oubliant au passage que, pour Jacobs, son passage à l’Aéro-navale doit se situer au cours de l’année 1944/1945 (là, nous entrons de plein pied dans l’uchronie de Jacobs ; ce que semble occulter Sente) avant d’être versé au Special Operations Executive (S.O.E.) créé tout spécialement 1942 pour appuyer les missions d’agents en territoires ennemis (ce que Jacobs appelait ingénument « Section spéciale »).
De là, Blake sera détaché comme directeur militaire de Scaw-Fell aux côtés du professeur Philipe Mortimer (nous sommes toujours dans l’uchronie de Jacobs) que nous n’allons pas tarder à rencontrer, nous verrons dans quelles circonstances (là, nous revenons aux abracadabrantes aventures de Sente, puisque nous savons que Scaw-Fell n’a jamais et n’existera jamais dans Notre Réalité Vraie ! Non plus que le « Golden Rocket » ou « l’Espadon » !

Comme si le C.V. écrit par Jacobs ne pouvait tout simplement pas convenir à Mossieur Sente ! Qui s’ingénue et s’acharne à le maltraiter, à le triturer de toutes les (pires) façons qui lui conviennent ! Un comble !!
Sente se comportant vis-à-vis du créateur et du maître de l’œuvre avec une « nonchalance affichée » qui frise même le mépris et le dédain pur et simple.
Il me vient finalement, et je ne suis pas le seul, quelques doutes quant aux motivations de Sente qui semble bien vouloir s’approprier l’œuvre de Jacobs tout entière ; comme si « Blake et Mortimer » était Sa création à lui.
D’abord par des ajouts assez mal venus et totalement loufoques, ensuite par des inter-pénétrations totalement aberrantes, voire carrément impossibles ; Sente tenant absolument à mêler une réalité virtuelle à notre véritable Histoire…

Sente semble ignorer tout de ce qu’il nous raconte avec force conviction, se surpassant dans l’étalage d’une « science » qu’il ne possède ni ne maîtrise décidément pas.
Mais, quelqu’un n’a-t-il pas dit que « la science, c’est comme la marmelade, moins on en a, et plus on l’étale…!!! ».
Avatar de l’utilisateur

Modérateur
Modérateur

Messages: 5095

Inscription: Lun 30 Aoû 2010 08:37

Message Lun 23 Juin 2014 10:22

Re: Le bâton de Plutarque - Ce que nous savons

Kronos a écrit:Cela fait un petit moment que j'ai écrit ce qui va suivre, mais, inexplicablement, je retardais le moment de le poster, va savoir pourquoi ?
J'ai même dû le récrire en partie suite à la publication du strip 52 qui est assez fort en son genre !
Bref, je me décide quand même, avant d'embrayer sur le cas de Scaw-Fell que Sente va nous sortir de son chapeau, en méconnaissance de cause...

Parlons un peu de la carrière présumée de Blake…

..../....
Je suis d'accord avec toi à 100% .
Mais s'il n'y avait que cela.... depuis que j'ai 7 ans (et jusqu'à mes 77 ans), je lis et relis avec passion les aventures d'un jeune homme qui ne grandit et qui ne vieillit jamais .
Well then, Legitimate Edgar, I must have your land.
Avatar de l’utilisateur

Administrateur du site
Administrateur du site

Messages: 6104

Inscription: Mer 4 Aoû 2010 22:18

Localisation: Paris

Message Ven 27 Juin 2014 11:59

Re: Le bâton de Plutarque - Ce que nous savons

!!! Puisque c'est un des sujets où il y a le plus de passage :
Je vous précise que le forum va être mis à jour. Donc risque d'inaccessibilité ou de coupure.

Merci de ne pas répondre ou commenter ce message, il sera supprimé une fois terminé.

Fred
Image

Pour me joindre taper : fred.centaurclub(a)gmail.com.
centaur club sur facebook
twitter
Avatar de l’utilisateur

Agent du MI-5
Agent du MI-5

Messages: 182

Inscription: Mar 8 Juil 2014 09:55

Localisation: Haute-Savoie

Message Sam 19 Juil 2014 12:36

Re: Le bâton de Plutarque - Ce que nous savons

Bonjour à tous.

Je suis aussi perplexe devant la sortie de ce nouvel épisode de B&M... Autant je peux comprendre que B&M aient de nouvelles aventures où par ci par là ils retrouvent quelques vieilles canailles de leur connaissance (les premières reprises), autant je trouve désastreux qu'on puisse vouloir tenter de justifier un épisode de leur vie. La seule justification possible et acceptable, c'est JACOBS qui pouvait la faire ou éventuellement autoriser de son vivant une série parallèle (comme la jeunesse de Blueberry par exemple).
Comme le disait Kronos, dans un autre article de ce forum, à qui viendrait l'idée de raconter comment Tintin a adopté Milou ?

Quel est l’intérêt de raconter avant le secret de l'Espadon ? Je ne vois que le profit financier : vente de cette album et vente des albums précédents avec une bonne pub bien faite...
Que SENTE nous raconte avant XIII ou avant THORGAL ou encore la suite du Janitor... Et qu'il laisse l'univers de JACOBS reposer en paix ! voilà, c'est dit !!
Pardonnez moi ce coup de g... pas très autorisé dans un club londonien...

Au fait, il me semble avoir vu que le "BdP" commençait à bord d'un porte avion britannique "The Intrepid". Une petite recherche internet me dit que ce fut le nom d'un porte avion américain qui croisait dans le Pacifique... http://fr.wikipedia.org/wiki/USS_Intrepid_(CV-11) Y a-t-il eu un Intrepid britannique ??

jyb

Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR

Messages: 335

Inscription: Dim 5 Sep 2010 07:14

Message Sam 19 Juil 2014 14:59

Re: Le bâton de Plutarque - Ce que nous savons

Alhellas a écrit:Au fait, il me semble avoir vu que le "BdP" commençait à bord d'un porte avion britannique "The Intrepid". Une petite recherche internet me dit que ce fut le nom d'un porte avion américain qui croisait dans le Pacifique... http://fr.wikipedia.org/wiki/USS_Intrepid_(CV-11) Y a-t-il eu un Intrepid britannique ??

Tout a été dit sur le présent forum, ici : viewtopic.php?f=136&t=1790&start=20
Attention : le fait que dans une BD de fiction un bateau porte un certain nom n'implique pas que ce nom ou ce bateau aient existé réellement.
Avatar de l’utilisateur

Membre du MLC
Membre du MLC

Messages: 594

Inscription: Ven 1 Oct 2010 17:43

Message Sam 19 Juil 2014 19:11

Re: Le bâton de Plutarque - Ce que nous savons

Alhellas a écrit:Que SENTE nous raconte avant XIII ou avant THORGAL

Ne lui donne pas d'idées comme ça par pitié !
C'est déjà assez difficile comme ça à supporter
:mrgreen:
PrécédenteSuivante

Retourner vers Le Bâton de Plutarque

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron