Les critiques de la presse.


Scénario : Yves SENTE
Dessin : André JUILLARD

Avatar de l’utilisateur

Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR

Messages: 336

Inscription: Dim 8 Juin 2014 16:12

Message Ven 19 Déc 2014 14:28

Re: Les critiques de la presse.

Ce qui, je dois l'avouer, m'étonne le plus est, dans l'article du complément informatique de zoo magazine de noël 2014, publié dont freric eu la gentillesse de mette une copie en ligne ici-même, l'affirmation selon laquelle le travail d'André Juillard dans cet album se caractérise par un "réalisme subtil, souple", alors que fort souvent je trouve au contraire son trait assez raide et en tout cas bien moins convaincant dans les attitudes et expressions des personnages que ce qu'il a pu faire auparavant dans La Machination Voronov ou Le Serment des cinq Lords. Et bien moins bon que le travail d'Antoine Aubin dans la partie de L'Onde Septimus qu'il a dessinée.
D'ailleurs, à l'époque de la parution de cet album, un article au moins, celui du Figaro si ma mémoire est bonne, notait que personne parmi les repreneurs ne s'était autant approché avec justesse du style de Jacobs qu'Antoine Aubin, même si l'auteur de l'article déplorait à juste titre que la fin ait été bâclée par Etienne Schréder pour obéir aux exigences de délai imposées par l'éditeur. De fait, quand je compare le style graphique de ces deux albums, et toute question de scénario et d'histoire mise à part, je trouve le dessin de L'Onde Septimus pour les planches signées Antoine Aubin bien supérieur à celui de Juillard dans le BdP. Mon album "Juillard" préféré dans la série demeure Le Serment des cinq Lords où je trouve que ses qualités de dessinateur de paysage s'équilibrent le mieux avec son traitement des personnages. Il est aussi vrai que le BdP du point de vue des décors et des paysages demeure assez pauvre en occasions graphiques de mon point de vue.

Ci joint l'article du Figaro à propos de L'Onde Septimus et des qualités graphiques d'Antoine Aubin, que j'ai retrouvé à l'instant :

http://www.lefigaro.fr/bd/2013/12/10/03 ... ptimus.php

Et voici ce qu'écrivait son auteur, au sujet du travail graphique d'Antoine Aubin, dont la lettre correspond bien au souvenir que j'en avais gardé :

"D'emblée, il faut reconnaître que le dessin d'Antoine Aubin et d'Étienne Schréder est virtuose. On n'a jamais été aussi près du graphisme original d'Edgar P. .Jacobs. N'en déplaisent à Ted Benoît, à André Juillard, au regretté René Sterne et à son épouse Chantal de Spiegeleer, Aubin et Schréder ont su capter le trait légèrement amidonné du Maître, ses cadrages spectaculaires, son génie de la mise en scène BD. Malgré la dizaine de planches finales dont on sent qu'elles ont été «expédiées» pour tenir les délais d'impression, les dessinateurs impressionnent par leur maîtrise et ce classicisme discrètement modernisé qu'ils impriment à nos deux héros «so british»."

:idea:
Face à Hyde Park endormi, une fenêtre vient de s'illuminer au 99 bis Park Lane.
Avatar de l’utilisateur

Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR

Messages: 314

Inscription: Lun 9 Aoû 2010 05:08

Message Ven 19 Déc 2014 20:59

Re: Les critiques de la presse.

Les Echos,
Vendredi 19 décembre 2014, p. SWE6
Le top 5

Pour Noël, offrez une bande dessinée. Si vous ne voulez pas prendre trop de risques, optez pour une valeur sûre : le dernier tome de Blake et Mortimer. Edgar P. Jacobs est mort mais ses héros connaissent une seconde jeunesse. Le tandem Sente-Juillard remet le couvert pour une cinquième fois avec « Le Bâton de Plutarque » . Dessins et textes sont fidèles à l'oeuvre du père de « La Marque jaune » auquel Sente rend hommage en imaginant, comme c'est la mode à Hollywood, un « prequel » au mythique « Secret de l'Espadon » . Le méchant Olrik est là. Churchill aussi. Very British.

Plus original, Boucq ( « Bouncer » , « Face de Lune » , « Le Janitor » ...) s'associe une fois de plus à l'écrivain Jerome Charyn pour nous offrir « Little Tulip » , puissant premier tome qui nous fait voyager de l'URSS de Staline à l'Amérique d'aujourd'hui. Quand on a connu la violence au goulag, peut-on vivre une vie normale à New York ? Les tatouages que l'on ramène des camps laissent visiblement de profondes cicatrices. Pavel a survécu à l'enfer par son intelligence et son génie artistique. Réfugié aux Etats-Unis, il dessine à ses heures perdues des portraits-robots pour la police. Mais quel est le lien qui le relie au tueur en série qui frappe ?

Plus léger, plus fun, plus pimenté, plus sexy, « La Technique du périnée » de Ruppert et Mulot offre un détour dans le cerveau libertin d'un jeune homme prêt à faire vœu d'abstinence pour mieux séduire une jeune fille piquante. Un album qui prouve que, à l'heure de la drague sur les réseaux sociaux, on peut se donner du mal pour parler de sexe sans être vulgaire. Une sorte de Manara 2.0 qui parle de tout sans tabou.

Dans un mode authentique, poignant et sérieux, « Alpha » , sous-titré Abidjan-gare du Nord, retrace le destructeur voyage vers l'Europe qu'effectuent chaque mois des milliers d'Africains. Quand plus rien ne vous retient chez vous, certains sont visiblement prêts à tout. Témoignage choc qui n'en reste pas moins émouvant sur la face sombre du périple migratoire, « Alpha » est plus qu'un album au dessin enfantin et touchant de Barroux. C'est un reportage à l'écriture sèche et tendue sur une réalité dont on préfère par confort ignorer qu'elle existe. Quand on parcourt plus de 6.000 km à pied et sans le sou, on est loin du tourisme.

Pour ceux, enfin, qui se passionnent pour la Chine et qui estiment qu'une BD doit prendre des heures à lire, les Editions Fei proposent « Voyage vers l'ouest » . Spécialiste de la publication en français d'oeuvres chinoises historiques, ce petit éditeur fait revivre dans un superbe coffret et en 36 fascicules (2.900 pages!) les aventures du célèbre Roi Singe. Une oeuvre accessible. Quand Sergio Leone rencontre un classique made in China.

Retrouvez la sélection complète sur http://blogs.lesechos.fr/echosbd/des-bd-sous-le-sapin-a15133.html (20aine d'albums).
David Barroux
Dernière édition par rigolissimo le Sam 20 Déc 2014 01:47, édité 2 fois.
Avatar de l’utilisateur

Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR

Messages: 314

Inscription: Lun 9 Aoû 2010 05:08

Message Ven 19 Déc 2014 21:06

Re: Les critiques de la presse.

Midi Libre
Jeudi 18 décembre 2014
COUPS DE COEUR
PHILIPPE MOURET

Toutes les bandes dessinées à offrir

Pour un Noël 'so british'

Cap sur Londres avec Blake et Mortimer, pour l'événement BD de la saison...

Confortablement installé dans le cuir d'un fauteuil du Centaur Club, le gentleman tourne les pages d'un album de bande dessinée... Entre deux gorgées d'Earl Grey, il découvre avec ravissement les prémices de cet opéra de papier imaginé par Edgar P. Jacobs... Car, pour le 23e album de la série, Yves Sente au scénario et André Juillard (dessin) ont eu la bonne idée de situer le récit avant Le Secret de l'Espadon (premier tome de la série). Nous sommes alors au printemps 1944 et, donc, dans un préquelle aux aventures de Blake et Mortimer... Dès sa sortie, Le bâton de Plutarque s'est installé à la première place des ventes de BD, devançant les autres poids lourds que sont Le Chat de Geluck ou Largo Winch (Van Hamme - Francq). Seul Astérix, comme en 2013, a la carrure nécessaire pour faire mordre la poussière au duo britannique. L'événement est tel, qu'il engendre maintenant toute une série d'albums et de produits dérivés. Une aubaine au moment de penser aux cadeaux de Ñoël ! Après la déception engendrée par L'onde Septimus (opus 22), ce nouvel album retrouve le souffle et l'esprit qui présidaient aux origines de la série. On découvre la première collaboration entre Philip Mortimer et le capitaine Blake, as de l'Air Force, leur première confrontation avec l'éternel et maléfique colonel Olrik et pas mal d'éclaircissements sur les débuts de la série, dont la sortie en albums (deux tomes, devenus trois en 1984 par un nouveau découpage) remonte à 1950 et 1953. Le parfum rétro colle décidément à merveille à cette série qui sait se bonifier au fil des âges, comme le meilleur des whiskies écossais !

PHILIPPE MOURET
pmouret@midilibre.com
Le bâton de Plutarque, Blake et Mortimer, 15,95 euros.
Avatar de l’utilisateur

Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR

Messages: 314

Inscription: Lun 9 Aoû 2010 05:08

Message Ven 19 Déc 2014 21:24

Re: Les critiques de la presse.

Libération
Livres, jeudi 18 décembre 2014, p. LIV4
Classement Datalib des ventes de livres
(semaine du 10 au 16/12/2014)

Blake et Mortimer en rabattent un peu, David Foenkinos reprend la main [très légèrement]. Nous avons sous les yeux un éventail des émotions de Noël : le Goncourt (Pas pleurer), et celui qui ne l'a pas eu (Meursault, contre-enquête), le Nobel (Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier), et celui qui a réjoui les libraires à la rentrée (le Royaume). Janvier va redistribuer les cartes, voici venir Un an après, d'Anne Wiazemsky (Gallimard), Soumission, de Michel Houellebecq (Flammarion), Vernon Subutex, le premier tome de la saga de Virginie Despentes (Grasset). Côté étranger, gageons que ce tableau accueillera les Luminaires, d'Eleanor Catton, Man Booker Prize 2013 (Buchet Chastel). Et puis il y aura bien sûr des surprises, des romans dont on n'attendait pas le succès, des auteurs qui s'imposeront, ces impondérables que l'édition espère et attend, tout en faisant semblant de croire aux bienfaits du marketing. Cl.D.

Classement BD (au général B&M est n° 2 juste derrière FOENKINOS DAVID et son CHARLOTTE)

n° SE Editeurs Auteurs FE Titres
1 BLAKE ET MORTIMER SENTE YVES / JUILLARD ANDRE BLAKE ET MORTIMER T.23 - LE BATON DE PLUTARQUE

2 GELUCK PHILIPPE LE CHAT T.19 - LE CHAT PASSE A TABLE (COFFRET 2 VOL)

3 TARDI JACQUES MOI RENE TARDI, PRISONNIER DE GUERRE AU STALAG IIB T.2 - MON RETOUR EN FRANCE

4 VAN HAMME JEAN / FRANCQ PHILIPPE LARGO WINCH T.19 - CHASSE-CROISE

5 ECHAPPES (LES) DESPROGES PIERRE ENCORE DES NOUILLES (CHRONIQUES CULINAIRES)

6 ALLARY SATTOUF RIAD L'ARABE DU FUTUR

7 GROODT STEPHANE DERETOUR EN ABSURDIE

8 GIRARD ANNE-SOPHIE/MARIE-ALDINLA FEMME PARFAITE EST UNE CONNASSE 2

9 LUPANO WILFRID CAUUET PAULLES VIEUX FOURNEAUX T.1 - CEUX QUI RESTENT

10 ARENES (LES) TSVETKOV YANKO / CHIFLET JEAN-LOUP
...
12 SENTE YVES / JIGOUNOV IOURI XIII T.23 - LE MESSAGE DU MARTYR
...
16 GERRA LAURENT / PESSIS JACQUES / ACHDE LES NOUVELLES AVENTURES DE LUCKY LUKE T.6 - LES TONTONS DALTON
...
23 LOISEL REGIS / TRIPP JEAN-LOUIS MAGASIN GENERAL T.9 - NOTRE DAME DES LACS
...
25 PEETERS BENOIT / SCHUITEN FRANCOIS REVOIR PARIS

Source : Datalib et l'Adelc, d'après un panel de 240 librairies indépendantes de premier niveau. Classement des nouveautés relevé (hors poche, scolaire, guides, jeux, etc.) sur un total de 127 705 titres différents. Entre parenthèses, le rang tenu par le livre la semaine précédente. En gras : les ventes du livre rapportées, en base 100, à celles du leader. Exemple : les ventes de Blake et Mortimer représentent 99% de celles de Charlotte.
Avatar de l’utilisateur

Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR

Messages: 292

Inscription: Ven 1 Aoû 2014 12:13

Message Sam 20 Déc 2014 08:37

Re: Les critiques de la presse.

rigolissimo a écrit:Midi Libre
Jeudi 18 décembre 2014
COUPS DE COEUR
PHILIPPE MOURET

Toutes les bandes dessinées à offrir

Pour un Noël 'so british'

Cap sur Londres avec Blake et Mortimer, pour l'événement BD de la saison...

Confortablement installé dans le cuir d'un fauteuil du Centaur Club, le gentleman tourne les pages d'un album de bande dessinée... Entre deux gorgées d'Earl Grey, il découvre avec ravissement les prémices de cet opéra de papier imaginé par Edgar P. Jacobs... Car, pour le 23e album de la série, Yves Sente au scénario et André Juillard (dessin) ont eu la bonne idée de situer le récit avant Le Secret de l'Espadon (premier tome de la série). Nous sommes alors au printemps 1944 et, donc, dans un préquelle aux aventures de Blake et Mortimer... Dès sa sortie, Le bâton de Plutarque s'est installé à la première place des ventes de BD, devançant les autres poids lourds que sont Le Chat de Geluck ou Largo Winch (Van Hamme - Francq). Seul Astérix, comme en 2013, a la carrure nécessaire pour faire mordre la poussière au duo britannique. L'événement est tel, qu'il engendre maintenant toute une série d'albums et de produits dérivés. Une aubaine au moment de penser aux cadeaux de Ñoël ! Après la déception engendrée par L'onde Septimus (opus 22), ce nouvel album retrouve le souffle et l'esprit qui présidaient aux origines de la série. On découvre la première collaboration entre Philip Mortimer et le capitaine Blake, as de l'Air Force, leur première confrontation avec l'éternel et maléfique colonel Olrik et pas mal d'éclaircissements sur les débuts de la série, dont la sortie en albums (deux tomes, devenus trois en 1984 par un nouveau découpage) remonte à 1950 et 1953. Le parfum rétro colle décidément à merveille à cette série qui sait se bonifier au fil des âges, comme le meilleur des whiskies écossais !

PHILIPPE MOURET
pmouret@midilibre.com
Le bâton de Plutarque, Blake et Mortimer, 15,95 euros.


Rien à voir avec la présente BD ou sa qualité, mais y a-t-il une expression plus galvaudée en France que le 'so british' ? Cela en est ridicule.

Quant à ce que j'ai mis en gras, je dois avouer que je n'ai pas les mêmes impressions après avoir relu quelques B&M d'origine ces derniers jours. Il y a par exemple dans les 10 premières pages de SOS Météores davantage d'informations, d'intrigue et de péripéties que dans la première moitié du BdP.
Les auteurs ne se situent vraiment pas au même niveau.
Avatar de l’utilisateur

Modérateur
Modérateur

Messages: 5051

Inscription: Lun 30 Aoû 2010 08:37

Message Sam 20 Déc 2014 11:41

Re: Les critiques de la presse.

Entre deux gorgées d'Earl Grey, .... Image

C'est une Bd pour les buveurs de thé Earl Grey so british ! C'est pour cela qu'elle ne me convient pas !
Well then, Legitimate Edgar, I must have your land.
Avatar de l’utilisateur

Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR

Messages: 314

Inscription: Lun 9 Aoû 2010 05:08

Message Sam 20 Déc 2014 18:53

Re: Les critiques de la presse.

Quarnstron a écrit:
Le Midi Libre a écrit:Midi Libre
Jeudi 18 décembre 2014
Une aubaine au moment de penser aux cadeaux de Ñoël ! Après la déception engendrée par L'onde Septimus (opus 22), ce nouvel album retrouve le souffle et l'esprit qui présidaient aux origines de la série. On découvre la première collaboration entre Philip Mortimer et le capitaine Blake, as de l'Air Force, leur première confrontation avec l'éternel et maléfique colonel Olrik et pas mal d'éclaircissements sur les débuts de la série, dont la sortie en albums (deux tomes, devenus trois en 1984 par un nouveau découpage) remonte à 1950 et 1953. Le parfum rétro colle décidément à merveille à cette série qui sait se bonifier au fil des âges, comme le meilleur des whiskies écossais !


Rien à voir avec la présente BD ou sa qualité, mais y a-t-il une expression plus galvaudée en France que le 'so british' ? Cela en est ridicule.


Je suis parfaitement d'accord. En fait, c'est de la « britannitude » tape-à-l'oeil, du toc. À mon avis, même dans les albums, il faut utiliser avec parcimonie les mots anglais. C'est bien plus l'architecture, la réserve des gens (de cette époque et de cette classe sociale), leurs valeurs qui devraient faire « britannique » pas répéter sans cesse « Cabinet of War » par exemple, « My god » ou « damned » qui ne sont que pacotilles. Il en va de même des dialogues redondants (même en français correct pour un Belge moderne[†]), ils sont peu réservés. Voir Mortimer expliquer trop longtemps comment il a pensé au Bâton de Plutarque n'est pas très britannique. On dirait un méridional qui étale sa perspicacité, quel manque de modestie, si j'ose dire, hmmm, et toutes ces choses, quoi. Les Britanniques bien éduqués de l'époque affectaient un manque d'éloquence marqué d'hésitations pour ne pas s'expliquer. « Juste de... la chance... je le crains. »

† le texte contient des anglicismes ou des expressions modernes qui ne font pas du tout années 40-50. Un exemple : cryptage (mon Robert donne 1980 comme sa date d'apparition en français), avant on disait le chiffre, chiffrer, le chiffrement. Ah, et juste à côté, un « sophistiqué » répété. C'est un anglicisme moderne agaçant dans le sens d'« avancé », de « perfectionné », de « complexe », etc. Sophistiqué en bon français signifie « dénaturé », « trop recherché », « trop affecté »...

Quarnstron a écrit:Quant à ce que j'ai mis en gras, je dois avouer que je n'ai pas les mêmes impressions après avoir relu quelques B&M d'origine ces derniers jours. Il y a par exemple dans les 10 premières pages de SOS Météores davantage d'informations, d'intrigue et de péripéties que dans la première moitié du BdP. Les auteurs ne se situent vraiment pas au même niveau.


Le Bâton de Plutarque est lent... Lisible mais verbeux et un peu décousu. De toute façon, cette « critique » du Midi Libre se contredit : comment se bonifier avec l'âge et renouer avec le souffle et l'esprit des origines ? On dirait des phrases tirées d'un manuel de langue de bois.
Avatar de l’utilisateur

Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR

Messages: 314

Inscription: Lun 9 Aoû 2010 05:08

Message Ven 26 Déc 2014 02:12

Re: Les critiques de la presse.

Sud Ouest
Lot et Garonne
Dimanche 21 décembre 2014

Blake et Mortimer : le prélude d'un mythe

Classique Comment Blake et Mortimer se sont-ils rencontrés ? Comment ont-ils été confrontés à leur éternelle Némésis, le colonel Olrik ? Le créateur de ce classique du 9e art, Edgar P. Jacobs, avait laissé ces questions en suspens, alors inutiles à l'intrigue. [Et aujourd'hui ?] Yves Sente et André Juillard, l'une des équipes aux commandes de la série, ont eu à cœur de combler les blancs. " Le Bâton de Plutarque " revient ainsi aux prémices du mythe, portant les lecteurs à la veille du " Secret de l'Espadon ", avec quoi il forme un ensemble cohérent.

" Le Bâton de Plutarque ", de Sente et Juillard, Blake et Mortimer éd., 64 p. 15,95 euros. " Le Secret de l'Espadon ", d'Edgar P. Jacobs, édition intégrale, B. et M., 176 p., 19,99 euros.
Avatar de l’utilisateur

Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR

Messages: 292

Inscription: Ven 1 Aoû 2014 12:13

Message Ven 26 Déc 2014 07:29

Re: Les critiques de la presse.

rigolissimo a écrit:Sud Ouest
Lot et Garonne
Dimanche 21 décembre 2014

Blake et Mortimer : le prélude d'un mythe

Classique Comment Blake et Mortimer se sont-ils rencontrés ? Comment ont-ils été confrontés à leur éternelle Némésis, le colonel Olrik ? Le créateur de ce classique du 9e art, Edgar P. Jacobs, avait laissé ces questions en suspens, alors inutiles à l'intrigue. [Et aujourd'hui ?] Yves Sente et André Juillard, l'une des équipes aux commandes de la série, ont eu à cœur de combler les blancs. " Le Bâton de Plutarque " revient ainsi aux prémices du mythe, portant les lecteurs à la veille du " Secret de l'Espadon ", avec quoi il forme un ensemble cohérent.

" Le Bâton de Plutarque ", de Sente et Juillard, Blake et Mortimer éd., 64 p. 15,95 euros. " Le Secret de l'Espadon ", d'Edgar P. Jacobs, édition intégrale, B. et M., 176 p., 19,99 euros.


Ah bon, parce que c'est devenu utile en 2014 ? (Edit : Je viens de réaliser que ce qui est entre crochets est probablement votre commentaire rigolissimo)

Au final, plus une mention de la BD qu'une critique (bonne ou mauvaise) réelle.
Avatar de l’utilisateur

Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR

Messages: 314

Inscription: Lun 9 Aoû 2010 05:08

Message Sam 27 Déc 2014 04:14

Re: Les critiques de la presse.

Quarnstron a écrit:
rigolissimo a écrit:Sud Ouest
Lot et Garonne
Dimanche 21 décembre 2014

Blake et Mortimer : le prélude d'un mythe

Classique Comment Blake et Mortimer se sont-ils rencontrés ? Comment ont-ils été confrontés à leur éternelle Némésis, le colonel Olrik ? Le créateur de ce classique du 9e art, Edgar P. Jacobs, avait laissé ces questions en suspens, alors inutiles à l'intrigue. [Et aujourd'hui ?] Yves Sente et André Juillard, l'une des équipes aux commandes de la série, ont eu à cœur de combler les blancs. " Le Bâton de Plutarque " revient ainsi aux prémices du mythe, portant les lecteurs à la veille du " Secret de l'Espadon ", avec quoi il forme un ensemble cohérent.

" Le Bâton de Plutarque ", de Sente et Juillard, Blake et Mortimer éd., 64 p. 15,95 euros. " Le Secret de l'Espadon ", d'Edgar P. Jacobs, édition intégrale, B. et M., 176 p., 19,99 euros.


Ah bon, parce que c'est devenu utile en 2014 ? (Edit : Je viens de réaliser que ce qui est entre crochets est probablement votre commentaire rigolissimo)


En effet, mon interrogation.


Quarnstron a écrit:Au final, plus une mention de la BD qu'une critique (bonne ou mauvaise) réelle.


Je cherche, je cherche, mais je n'en trouve point ou, du moins, guère ! Étrange, d'ailleurs.
Avatar de l’utilisateur

Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR

Messages: 314

Inscription: Lun 9 Aoû 2010 05:08

Message Mar 30 Déc 2014 16:45

Re: Les critiques de la presse.

(Pas une critique, mais un palmarès et un état des lieux...)

La BD en 2014 : parutions en hausse et tirages en baisse

Paris (AFP) — Production de BD en hausse, mais tirages toujours en baisse, inflation d’éditeurs, mais domination de trois géants, résistance du secteur, mais précarité des auteurs : 2014 a été « l’année des contradictions », selon le rapport annuel de l’ACBD publié lundi.
Après un recul en 2013 (le premier depuis 17 ans), la production de bandes dessinées sur le territoire francophone européen (France et Belgique essentiellement) est repartie à la hausse cette année, avec 5.410 titres publiés (+4,64 %) dont 3.946 nouveautés, indique l’Association des critiques et journalistes de bande dessinée. Il y a vingt ans, on comptait seulement quelques centaines de nouveautés par an...

« La diversification du secteur reste dynamique, mais la prudence plus que l’innovation domine dans un marché en manque de visibilité », souligne Gilles Ratier, secrétaire général de l’ACBD. Et si « l’économie générale du secteur se maintient, le niveau de vie des auteurs professionnels est préoccupant ».

Trois puissants groupes contrôlent une grande partie de l’offre éditoriale : Delcourt, le franco-belge Média-Participations et Glénat ont totalisé à eux seuls 36,23 % de la production (38,18 % en 2013). Pourtant, en 2014, le nombre de maisons s’est accru : 349 éditeurs, dont 121 nouveaux venus, ont publié des BD, contre 332 l’an passé.

Les ventes en volume se sont tassées d’environ 0,7 % sur les 9 premiers mois de 2014 (par rapport à la même période de 2013), d’après Livres Hebdo/I+C. Il faudra attendre le début de l’année prochaine pour affiner le bilan, toutefois, le 4e trimestre devrait être moins bon que celui de 2013, soutenu par « Astérix chez les Pictes », tiré à 2 millions d’exemplaires pour la France (5 millions toutes éditions confondues).

L’économie de la bande dessinée, dans son ensemble, résiste toujours à la crise, mais les tirages de la plupart des principaux best-sellers de l’année subissent un nouveau recul.

« Blake et Mortimer » en tête

L’essentiel du chiffre d’affaires du secteur a été réalisé par quelques titres, majoritairement des séries. Seuls 98 albums ont été tirés à plus de 50.000 exemplaires (19 de moins qu’en 2013), dont 75 appartenant au domaine franco-belge (86 en 2013).

Aux premiers rangs, se retrouvent « Blake et Mortimer tome 23 » (430.000 exemplaires), « Le Chat tome 19 » (350.000), « Joe Bar Team tome 8 » (350.000), « Largo Winch tome 19 » (350.000), « Lucky Luke tome 6 » (270.000), « Happy Parents » de Zep (220.000), « XIII tome 23 » (210.000) et « Les Légendaires tome 17 » (180.000).

Parmi les autres succès, « L’Arabe du futur : une jeunesse au Moyen-Orient » de Riad Sattouf a été tiré à 150.000 et « Moi, René Tardi prisonnier de guerre au Stalag II B T. 2 » de Jacques Tardi à 120.000.

Par ailleurs, la BD francophone demeure très ouverte aux productions étrangères, Asie et États-Unis restant en tête avec, respectivement, 1.576 et 431 nouveaux titres traduits sur 2.275 bandes dessinées issues de 31 pays différents.

La nostalgie se porte bien : le secteur patrimonial s’est envolé en 2014 avec 1.058 nouvelles éditions ou intégrales, soit 178 de plus que l’an passé, alors que 186 titres datant de plus de vingt ans ont été proposés en album pour la première fois.

La BD numérique a du mal à trouver ses marques, malgré de nombreuses initiatives d’auteurs, de diffuseurs ou d’éditeurs. La plateforme de distribution Izneo créée par les éditeurs s’affirme comme le leader du marché français avec 300.000 albums vendus (10.000 en 2010). Désormais, un quart de son activité est réalisé hors de l’espace francophone européen.

Selon les critères mis en place depuis douze ans, 1.411 auteurs réussiraient encore à vivre de la création de BD sur le territoire francophone européen, contre 1.492 l’année précédente, mais leur situation demeure difficile. Quand leurs œuvres servent de base à des films, téléfilms, animations ou jeux vidéo, les auteurs s’en sortent mieux financièrement.

Côté adaptations, au moins 22 bandes dessinées francophones ont donné lieu à des films, téléfilms et dessins animés.

Mécanicien sur le SX1
Mécanicien sur le SX1

Messages: 28

Inscription: Jeu 18 Déc 2014 00:08

Message Mar 30 Déc 2014 19:57

Re: Les critiques de la presse.

rigolissimo a écrit:(Pas une critique, mais un palmarès et un état des lieux...)

La BD en 2014 : parutions en hausse et tirages en baisse

Paris (AFP) — Production de BD en hausse, mais tirages toujours en baisse, inflation d’éditeurs, mais domination de trois géants, résistance du secteur, mais précarité des auteurs : 2014 a été « l’année des contradictions », selon le rapport annuel de l’ACBD publié lundi.
Après un recul en 2013 (le premier depuis 17 ans), la production de bandes dessinées sur le territoire francophone européen (France et Belgique essentiellement) est repartie à la hausse cette année, avec 5.410 titres publiés (+4,64 %) dont 3.946 nouveautés, indique l’Association des critiques et journalistes de bande dessinée. Il y a vingt ans, on comptait seulement quelques centaines de nouveautés par an...

« La diversification du secteur reste dynamique, mais la prudence plus que l’innovation domine dans un marché en manque de visibilité », souligne Gilles Ratier, secrétaire général de l’ACBD. Et si « l’économie générale du secteur se maintient, le niveau de vie des auteurs professionnels est préoccupant ».

Trois puissants groupes contrôlent une grande partie de l’offre éditoriale : Delcourt, le franco-belge Média-Participations et Glénat ont totalisé à eux seuls 36,23 % de la production (38,18 % en 2013). Pourtant, en 2014, le nombre de maisons s’est accru : 349 éditeurs, dont 121 nouveaux venus, ont publié des BD, contre 332 l’an passé.

Les ventes en volume se sont tassées d’environ 0,7 % sur les 9 premiers mois de 2014 (par rapport à la même période de 2013), d’après Livres Hebdo/I+C. Il faudra attendre le début de l’année prochaine pour affiner le bilan, toutefois, le 4e trimestre devrait être moins bon que celui de 2013, soutenu par « Astérix chez les Pictes », tiré à 2 millions d’exemplaires pour la France (5 millions toutes éditions confondues).

L’économie de la bande dessinée, dans son ensemble, résiste toujours à la crise, mais les tirages de la plupart des principaux best-sellers de l’année subissent un nouveau recul.

« Blake et Mortimer » en tête

L’essentiel du chiffre d’affaires du secteur a été réalisé par quelques titres, majoritairement des séries. Seuls 98 albums ont été tirés à plus de 50.000 exemplaires (19 de moins qu’en 2013), dont 75 appartenant au domaine franco-belge (86 en 2013).

Aux premiers rangs, se retrouvent « Blake et Mortimer tome 23 » (430.000 exemplaires), « Le Chat tome 19 » (350.000), « Joe Bar Team tome 8 » (350.000), « Largo Winch tome 19 » (350.000), « Lucky Luke tome 6 » (270.000), « Happy Parents » de Zep (220.000), « XIII tome 23 » (210.000) et « Les Légendaires tome 17 » (180.000).

Parmi les autres succès, « L’Arabe du futur : une jeunesse au Moyen-Orient » de Riad Sattouf a été tiré à 150.000 et « Moi, René Tardi prisonnier de guerre au Stalag II B T. 2 » de Jacques Tardi à 120.000.

Par ailleurs, la BD francophone demeure très ouverte aux productions étrangères, Asie et États-Unis restant en tête avec, respectivement, 1.576 et 431 nouveaux titres traduits sur 2.275 bandes dessinées issues de 31 pays différents.

La nostalgie se porte bien : le secteur patrimonial s’est envolé en 2014 avec 1.058 nouvelles éditions ou intégrales, soit 178 de plus que l’an passé, alors que 186 titres datant de plus de vingt ans ont été proposés en album pour la première fois.

La BD numérique a du mal à trouver ses marques, malgré de nombreuses initiatives d’auteurs, de diffuseurs ou d’éditeurs. La plateforme de distribution Izneo créée par les éditeurs s’affirme comme le leader du marché français avec 300.000 albums vendus (10.000 en 2010). Désormais, un quart de son activité est réalisé hors de l’espace francophone européen.

Selon les critères mis en place depuis douze ans, 1.411 auteurs réussiraient encore à vivre de la création de BD sur le territoire francophone européen, contre 1.492 l’année précédente, mais leur situation demeure difficile. Quand leurs œuvres servent de base à des films, téléfilms, animations ou jeux vidéo, les auteurs s’en sortent mieux financièrement.

Côté adaptations, au moins 22 bandes dessinées francophones ont donné lieu à des films, téléfilms et dessins animés.



Si je m'essaie à un bilan :
Un Certain nombre d'albums ont trouvé une seconde vie via leur adaptation cinématographique prouvant si besoin était la maturité de ce média : Bleu est une couleur chaude, Les petits ruisseaux, Quai d'Orsay.... Ainsi que les séries adaptées avec plus ou moins de réussite ( Ducobu, Largo Winch, Le petit Nicolas, Boule et Bll, Benoît Brisefer etc...)

Le marché est en inflation au vu de la quantité ahurissante de nouveautés mensuelles: Cela fait des années que j'entends les libraires spécialisés se plaindre du volume de nouveautés qui les empêche au passage de faire ce qu'ils préfèrent le plus : Pousser leurs coups de coeur et permettre à certaines œuvres atypiques de trouver un lectorat.

Un nombre important de dessinateurs ne peuvent plus vivre de leur artisanat ( j'ai eu la surprise il y a quelques temps de découvrir qu'effectivement un dessinateur fréquentant la même librairie que moi devait joindre à son métier de dessinateur ( il avait pourtant une série chez un grand éditeur) celui de gardien d'immeuble...

Quelques best sellers permettent le maintien global du secteur ( nos chers B & M en tête)

Je trouve que ce n'est pas si mal :Il est temps que les éditeurs arrêtent de transformer cet artisanat en industrie ( ou alors faisons le avec l'organisation ultra efficace des anglo saxons : team de scénaristes ( qui bien souvent travaillent pour la tele et le cinema)de dessinateurs, d'encreurs la qualité étant ainsi à minima assurée et le système accouchant ça et là de génies )

Chez cela se passe comme ça:
Un éditeur lance ( ou relance)un concept :une ou deux series fonctionnent et derriere tout le monde s'engouffre dans la brèche avec les mêmes couleurs moches, les mêmes dessins uniformisés, les scénarios à la hache...
Combien de séries d'aviation, d'histoires ésotériques , d'histoires liées aux voitures...
AU SECOURS !!!
Cela fait presque un mois que je n'ai plus rien acheté ( dernière acquisition le BdP...) , pas envie...

J'aime les block busters et j'aime la bd indépendante, j'aime les Mangas, les comics ( en fait j'aime tout dans ce média )
Mais ce que je n'aime pas c'est la mediocrité qui est en train de tuer la BD alors , puisqu'il est temps de former des vœux
Messieurs les éditeurs un peu de discernement dans votre production...
Avatar de l’utilisateur

Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR

Messages: 314

Inscription: Lun 9 Aoû 2010 05:08

Message Mer 31 Déc 2014 02:44

Re: Les critiques de la presse.

Guy Nipigue a écrit: team de scénaristes ( qui bien souvent travaillent pour la tele et le cinema)de dessinateurs, d'encreurs la qualité étant ainsi à minima assurée et le système accouchant ça et là de génies )


Ces équipes existaient presque en Belgique, non ? Un peu au studio Hergé et Jacques Martin (Alix, Lefranc). Pour Jacques Martin, à la fin, il refilait une idée de scénario et des poulains (pas toujours talentueux) faisaient le dessin, l'encrage, le lettrage, etc.
Avatar de l’utilisateur

Administrateur du site
Administrateur du site

Messages: 6063

Inscription: Mer 4 Aoû 2010 22:18

Localisation: Paris

Message Dim 4 Jan 2015 15:42

Re: Les critiques de la presse.

télémoustique - Décembre 2014

Image

Image
Image

Pour me joindre taper : fred.centaurclub(a)gmail.com.
centaur club sur facebook
twitter
Avatar de l’utilisateur

Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR

Messages: 314

Inscription: Lun 9 Aoû 2010 05:08

Message Dim 4 Jan 2015 17:41

Re: Les critiques de la presse.

«Dream Team», «Modern is the new Classic»...

Pfff. Pas envie de lire.
Avatar de l’utilisateur

Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR

Messages: 314

Inscription: Lun 9 Aoû 2010 05:08

Message Dim 4 Jan 2015 18:12

Re: Les critiques de la presse.

Libération
2 janvier 2015

Hausse en trompe-l’œil pour le marché de la BD

Si plus de titres ont été publiés qu'en 2013, les ventes ont pourtant baissé en volume.

D'une insolente santé durant des années, le secteur éditorial de la bande dessinée avait accusé un léger fléchissement en 2013. Mais le traditionnel, précieux et souvent discuté rapport annuel de l'Association des critiques de bande dessinée (ACBD) nous rassure : la production de BD sur le territoire francophone européen (France et Belgique essentiellement) est repartie à la hausse en 2014, avec 5 410 titres publiés dont 3 946 nouveautés, soit une hausse de 4,64%. Toutefois les ventes en volume se sont tassées d'environ 0,7% sur les neuf premiers mois de 2014, d'après le baromètre Livres Hebdo/I+C. Et les tirages de la plupart des succès de librairies de l'année subissent un nouveau recul.

«Prudence». Selon Gilles Ratier, le secrétaire général de l'ACBD, « la prudence plus que l'innovation domine dans un marché en manque de visibilité » et, si « l'économie générale du secteur se maintient, le niveau de vie des auteurs professionnels est préoccupant ». D'autant qu'ils sont de plus en plus nombreux à vouloir embrasser une profession qui ne nourrit pas son homme, sauf s'il est best-seller. Ainsi, 1 411 auteurs réussiraient encore à vivre de la création de BD sur le territoire francophone européen, contre 1 492 l'année précédente. En 2014, le nombre de maisons s'est accru : 349 éditeurs, dont 121 nouveaux venus, ont publié des BD, contre 332 l'an passé. Trois puissants groupes contrôlent l'offre éditoriale : Delcourt, le franco-belge Média-Participations (Dargaud, Dupuis, le Lombard entre autres) et Glénat ont totalisé à eux seuls 36,23 % de la production.

Intégrales. L'essentiel du chiffre d'affaires du secteur a été réalisé par quelques titres, majoritairement des séries. Seuls 98 albums ont été tirés à plus de 50 000 exemplaires (19 de moins qu'en 2013), dont 75 appartenant au domaine franco-belge (86 en 2013). Aux premiers rangs, se retrouvent Blake et Mortimer tome 23, le Chat tome 19, Joe Bar Team tome 8, Largo Winch tome 19... La nostalgie se porte bien : le secteur patrimonial s'est envolé en 2014 avec 1 058 nouvelles éditions ou intégrales, soit 178 de plus que l'an passé, alors que 186 titres datant de plus de vingt ans ont été proposés en album pour la première fois.

La BD numérique a du mal à trouver ses marques, malgré de nombreuses initiatives d'auteurs, de diffuseurs ou d'éditeurs. La plateforme de distribution Izneo créée par les éditeurs s'affirme comme le chef de file du marché français avec 300 000 albums vendus (10 000 en 2010). Un quart de son activité est réalisée hors de l'espace francophone européen.
Avatar de l’utilisateur

Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR

Messages: 314

Inscription: Lun 9 Aoû 2010 05:08

Message Dim 4 Jan 2015 18:13

Re: Les critiques de la presse.

rigolissimo a écrit:Intégrales. L'essentiel du chiffre d'affaires du secteur a été réalisé par quelques titres, majoritairement des séries. Seuls 98 albums ont été tirés à plus de 50 000 exemplaires (19 de moins qu'en 2013), dont 75 appartenant au domaine franco-belge (86 en 2013). Aux premiers rangs, se retrouvent Blake et Mortimer tome 23, le Chat tome 19, Joe Bar Team tome 8, Largo Winch tome 19... La nostalgie se porte bien : le secteur patrimonial s'est envolé en 2014 avec 1 058 nouvelles éditions ou intégrales, soit 178 de plus que l'an passé, alors que 186 titres datant de plus de vingt ans ont été proposés en album pour la première fois.



[Mes remarques : il faut quand même se demander pourquoi la nostalgie se porte bien et auprès de qui. Je participe à cet engouement : plus de la moitié des bédés que j'achète sont parues la première fois il y a plus de 30 ans. Sans doute parce que j'achète surtout pour mes enfants. Je sais ce qu'il y a dedans et je sais que mes quatre enfants ne seront pas choqués alors que nous sommes vieux jeu. Bon, je m'expose à la critique des « éclairés » : Je ne vois par exemple aucun intérêt à montrer des pubis nus dans un des derniers Alix feuilletés et vite remis dans un bac. C'est l'intrigue qui m'intéresse dans les bédés familiales, pas les nibards, ni le bas du ventre. Ce sont des intrigues bien ficelées (à la Charlier, à la Jacobs) qui m'intéressent comme acheteur pour la famille. Ou alors du léger sans vulgarité (mes enfants ont choisi récemment des intégrales de Peyo par exemple). Le dernier a bien aimé l'intégrale du Chevalier blanc que j'ai achetée. Pas ses aînés, par contre. Je n'ai pas vraiment envie que mes enfants connaissent les faiblesses des héros avant d'abord d'en être inspirés. Bref. Je l'ai dit, je suis irrécupérable, mais sans doute pas solitaire.]
Avatar de l’utilisateur

Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR

Messages: 210

Inscription: Sam 11 Sep 2010 00:55

Message Dim 4 Jan 2015 18:33

Re: Les critiques de la presse.

Tout à fait d'accord avec toi! Je fais de même avec mes enfants! D'ailleurs je suis agréablement surpris de voir que la section "enfant" de ma bibliothèque municipale est très bien achalandée en classique "franco belge".....

je trouve que la BD moderne est très convenue, très formatée et très "politiquement correcte"!

Écrite et dessinée par des bobos pour des bobos!! Et parfois très moralisatrice (on avait parlé sur ce forum de certaines séquences des "Sarcophages du 6°....")

Un chroniqueur de France Info se félicitait un jour que "La BD actuelle était un art engagé et éthique"!

Si la morale l'emporte sur la création ??!! :shock:

Je préférè céder au nostalgisme!
Avatar de l’utilisateur

Chimiste au CSIR
Chimiste au CSIR

Messages: 292

Inscription: Ven 1 Aoû 2014 12:13

Message Dim 4 Jan 2015 23:09

Re: Les critiques de la presse.

Hélas, la nudité fait vendre et est parfois (souvent ?) le palliatif d'une inspiration souffreteuse.
C'est hélas souvent le cas dans les productions télévisées ou cinématographiques, où c'est d'ailleurs parfois la surenchère.
Je ne suis pas prude, mais une scène de sexe montrée à l'envie ne sert jamais un scénario... à moins que l'on songe à un autre type de divertissement :p

De nos jours, Queue de cerise nous montrerait ses fesses avant de se faire peloter par Gil Jourdan.
Je ne vous raconte pas les scènes torrides entre Alix et Enak.
Quand à Nasir, ce serait un peu l'équivalent de Jacob (sans s) dans la Cage aux folles.
Avatar de l’utilisateur

Mécanicien sur le SX1
Mécanicien sur le SX1

Messages: 44

Inscription: Sam 22 Nov 2014 18:48

Localisation: Bois-Colombes

Message Dim 18 Jan 2015 20:26

Re: Les critiques de la presse.

Un reportage de 7 minutes dans Télématin sur le Bâton de Plutarque : http://www.france2.fr/emissions/telematin/culture/le-dernier-album-blake-et-mortimer_294413
PrécédenteSuivante

Retourner vers Le Bâton de Plutarque

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité